FATOUMATA DIAWARA
Chanteuse et comédienne Malienne
Son site officiel sur myspace

retour page La musique au Mali
mis à jour le 10 juin 2011

 

Comédienne professionnelle depuis plus de 10 ans, Fatoumata Diawara chante depuis toujours. Interprète du rôle Karaba dans la comédie musicale " Kirikou et Karaba ", elle se consacre depuis un an à une carrière d'auteur compositeur interprète.

Née en 1982 en Côte d'ivoire, Fatoumata Diawara y passera le début de son enfance. À 12 ans, elle part vivre au Mali ou elle retrouve ses origines. En 1996, Fatoumata joue comme figurante dans le film " Taafe Fangan " (" le pouvoir des femmes ") du réalisateur malien Adama Draboe.
A 14 ans, elle est repérée par le grand cinéaste Cheick Oumar Sissoko qui l'engage dans le film " La Génèse" en 1998 afin d'interpréter Dina, le premier rôle féminin. Elle jouera au côté de grands comédiens tels que Sotigui Kouyaté, Balamoussa Keïta…

A 16 ans, Fatoumata est de nouveau sollicitée par de grands réalisateurs. Elle tourne dans plusieurs long-métrages dont "Sìa le rêve du python" du cinéaste Dani Kouyaté où elle interprète le premier rôle féminin. En 1998, elle vient en France pour la première fois afin de travailler sur l'adaptation de Jean-Louis Sagot Duvauroux de la pièce de théâtre " Antigone "


 


 
Sa carrière  
Fatoumata diawara - wilile - durée : 5:53 par fatujawara
  ...Sa carrière (suite)

 

Elle jouera dans cette pièce et partira en tournée européenne pendant 2 ans. En 2002, elle entend dire que la troupe " Royal Deluxe ", la plus grosse compagnie de théâtre de rue au monde, cherche une comédienne.
Programme en vidéo de la compagnie Royal Deluxe mai 2011

Elle passe le casting parmi plus de 100 candidates...elle est engagée sur-le-champ. C'est un bouleversement dans sa vie d'artiste et de femme. Elle franchit tout d'abord l'interdit de sa famille qui ne veut pas qu'elle se lance dans le spectacle, signe son contrat et s'envole un soir sans prévenir son entourage.
Ce jour-là, elle est devenue brusquement responsable de sa vie. Depuis ça, il n'y a plus grand-chose qui l'impressionne. Fatoumata tourne six ans avec "Royal Deluxe ".

Elle chante, danse, joue la comédie et parcourt la planète (Chili, Viêt-Nam…) En Novembre 2006, Fatoumata est choisie pour assurer le premier rôle féminin de "l'Opéra du Sahel ". Elle retourne alors au Mali après six ans d'absence.

Fin 2006, Fatoumata est remarquée à Bamako par Cheick Tidiane Seck, directeur musical du très beau projet musical " Red Earth " de Dee Dee Bridgewater où la diva du jazz retrouve ses racines africaines.

 

 

 

Fatoumata rejoint la crème des musiciens maliens pour enregistrer le dernier album de la chanteuse américaine. Trois mois plus tard, elle assurera avec Dee Dee Bridgewater les duos lors de son concert du 30 Mars 2007 au Bataclan et sur plusieurs dates de sa tournée estivale.

Fatoumata continue à travailler sur différents projets avec Cheick Tidiane Seck qu'elle considère comme son " papa de la musique ". Comme Dee Dee Bridgewater, il lui donnera le goût de la scène en lui proposant de faire quelques dates de sa tournée dont le festival " Jazz à Vienne "… Ensuite, Cheick Tidiane Seck propose à Fatoumata d'enregistrer sur son dernier album " Sabaly ", ce qu'elle acceptera avec beaucoup de respect.
A 25 ans, Fatoumata repart en tournée au Chili avec le Royal de Luxe, elle chante à Santiago du Chili devant un public amoureux de 300.000 personnes qui lui fait un vrai triomphe. Marquée par cette expérience si forte, Fatoumata Diawara se donne pour ambition de revivre et partager de tels instants et décide de se lancer totalement dans l'aventure de la musique.


 


En mai 2007, Fatoumata est choisie pour interpréter le rôle de Karaba dans la comédie musicale " Kirikou et Karaba ", tirée du film de Michel Ocelot et mise en scène par Wayne Mc Gregor grand chorégraphe anglais. En travaillant avec Michel Ocelot, Fatoumata Diawara est très vite imprégnée par le personnage de Karaba dont le combat se rapproche du sien. En parallèle, elle travaille sur le disque de la comédie musicale avec de nombreux artistes africains et notamment Youssouh NDour, Rokia Traoré, Tété, Oumouh Sangaré, Angelique Kidjo...
En 2008 et ce après trois mois de succès au Casino de Paris, Fatoumata part en tournée avec la troupe de Kirikou dans toute la France et remplit des Zenith. En octobre 2007, sort le film "Il va pleuvoir sur Konacry" du réalisateur guinéen Cheick Fanta Madi Camara où Fatoumata joue le rôle de Siré. Le film obtient de nombreuses récompenses dans le monde entier dont le prix du public au Fespako 2007.
En Janvier 2008, elle fait une tournée d'un mois au Chili avec le groupe de rock " Les balayeurs du désert ". En parallèle et ce depuis 1 an, elle se consacre à la création d'un répertoire folk original et sensible inspiré de la tradition du chant wassoulou. Auteur compositeur, elle chante maintenant ses propres chansons et prépare son premier album.
Dans la carrière de Fatoumata Diawara, les événements se sont enchaînés avec une étonnante fluidité. Comme s'il lui suffisait de s'intéresser à un projet pour en faire partie. Un parcours en forme de pied de nez aux difficultés que rencontrent les Africaines qui s'aventurent dans le monde artistique.

Assurément, un avenir lumineux s'ouvre à cette belle et talentueuse jeune femme……

SOURCE : DOSSIER DE PRESSE www.accesconcert.com

 



Concert à Angoulême du 28.01.2011  
Festival de la BD à Angoulême - première partie - durée 5:13
  La presse en parle...

 


Le 28 janvier 2011 elle donne un concert au festival de la BD d'Angoulême. Pendant le concert ses chants sont illustrés par Clément OUBRERIE en 1982 en Côte d'ivoire, Lire la suite...

 

Dessins: Clément Oubrerie
Musiciens: Fatoumata Diawara (lead vocal, guitare acoustique), Francis Arnaud (batterie), Hilaire Penda (basse), Guimba Kouyaté (guitare), Corinne Twisthy (choriste)

 
 


On peut lire dans la Charente Libre :

Elle chante, il dessine La chanteuse malienne et le dessinateur d'«Aya de Yopougon» se frottent au concert dessiné. Avec l'Afrique comme source d'inspiration. A ne pas manquer...

Elle a passé une partie de son enfance à Abidjan, à deux pas du théâtre des aventures d'«Aya de Yopougon». Entre la chanteuse malienne Fatoumata Diawara et Clément Oubrerie, le dessinateur de la BD à succès scénarisée par Marguerite Abouet, bien des passerelles se sont ouvertes. Elles aboutissent aujourd'hui à un concert dessiné aux couleurs de l'Afrique au sein du théâtre d'Angoulême. Questions à Fatoumata Diawara, qui prêtera sa voix au film d'animation inspiré de la bande dessinée, actuellement en cours de production.

Et suit un interview  
Festival de la BD à Angoulême - deuxième partie - durée 5:13
  Et suit un interview (suite)

Vous connaissez bien Clément Oubrerie ?
Fatoumata Diawara. Oui, on s'est rencontrés lors de mes concerts à Paris. Je connais bien Aya et lui connaît bien mes scènes. Je lui ai traduit mes chansons en bambara, il va s'adapter. Ce sera un spectacle vivant, on prendra des risques devant le public. Cela me rappelle mon expérience avec la compagnie Royal de Luxe, avec laquelle j'ai travaillé pendant six ans.

C'est elle qui vous a poussée vers une carrière musicale ?
J'étais comédienne et danseuse au départ, mais j'ai toujours chanté. Seulement, avant Royal de Luxe, je chantais pour me consoler, la voix me rappelait ma mère. C'est le producteur qui m'a convaincu de devenir la chanteuse de la troupe.

 


 


Votre enfance ressemble-t-elle à celle d'Aya de Yopougon ?
Pas tout à fait, car j'ai quitté la Côte d'Ivoire à 11 ans pour retourner au Mali. J'y ai passé mon enfance, alors qu'Aya raconte son adolescence. Mais je comprends exactement cet univers, je retrouve la vie d'amies ou de grandes soeurs, une façon de vivre, les rapports entre les hommes et les femmes...

Vous parlez beaucoup des femmes dans vos chansons. Pour promouvoir des jeunes filles émancipées comme Aya ?
Oui, j'essaie de me servir de ma voix pour défendre notamment les enfants et les femmes de ma société. Au Mali, je suis connue, car j'ai fait des films qui ont marché dès l'âge de 13 ans. Je veux dire aux femmes qu'elles sont libres, qu'elles peuvent choisir leur vie, montrer qu'on peut être une artiste sans être une pute, parler de l'excision, de la polygamie. Ce sont des chansons un peu engagées, mais sur des mélodies un peu jazz, funk, blues accessibles au monde entier. Sans entrer dans un combat radical. Je suis curieuse de voir comment Clément Oubrerie s'inspirera de tout ça.

Concert à Onex (Genève) du 28.05.2011
  Festival de l'Afrique c'est Chic à Onex (Genève) - durée 7:15  
Concert à Onex (Genève) du 28.05.2011

 

Fatoumata Diawara était en concert au Manège d'Onex dans la proche banlieue de Genève lors du Festival l'Afrique c'est chic.
Cette vidéo fait partie de l'enregistrement de l'ensemble du concert qui correspond à une heure trente de tournage qui fera l'objet d'un montage complet. Sortie prévue début juillet 2011.

Les Amis du Mali étaient présents à ce concert.

 


   
    D'autres vidéos    
 

Fatoumata Diawara en concert

Afrikafestival Hertme 2010 - Fatoumata Diawara part 2
 



quelques liens à visiter :



Jeune et déjà star internationnale à lire sur Maliweb

Découvrer KANOU le premier album de Fatoumata Diawara

Des extraits de sa carrière en vidéo

Ses prochains concerts dans le monde

Fatoumata Diawara pour ARTE

Fatoumata Diawara : Karaba ou le combat d’une femme


Afrikafestival Hertme 2010 - Fatoumata Diawara part 2

Bande annonce du film BRUITS de FEMMES
   
Fatoumata Diawara - Festival Daoulaba

Fatou interprete 'Clandestin' en direct a l'emission de France 3 'Ce soir ou jamais'.
   
         
   
         
   

Mis à jour le 10 avril 2012
   
    retour page La musique au Mali