COUP DE POUCE AUX JEUNES TALENTS
Auteur-compositeur-interprète

retour page La musique au Mali

 

 

Encore presque rien dans cette rubrique !
Tout viendra de vous. Faites-nous part d'un jeune artiste Malien que vous avez découvert sur le net, durant vos voyages ou au grès de vos rencontres avec le Mali. Inscrivez-vous sur le forum et dites-nous ce qui doit être mis sur ces pages.


 
Les talents à venir...  
Les vidéo à venir...
  Les talents à venir...
PHENO
PHENO
PHENO

Phéno a crée Farrawo il y a longtemps déjà, 8 ans. Son style de musique est spécifique tout en étant très large, il passe par le rap, le reggae et le rock pour se fondre dans le manding, ce qui donne: du roots manding. Très connu dans le milieu underground, il est l'un des tout premiers artistes maliens a toucher au Slam. Il travaille avec Grand Corps Malade lors de son séjour au Mali et présente un grand concert avec lui.

 
  Farrawo produit (à hauteur de ses moyens, relativement bas...pour l'instant) des artistes, et des évènements comme des concerts lives, des soirées ou des ateliers slam. Après une tournée en Afrique de l'Ouest, Slamophonie dans les CCF du Congo, du Gabon, du Niger, du Ghana, du Togo et du Cameroun,Phéno se concentre enfin sur 1er album: Dougou ba kono sigui, la vie dans une grande cité.
HB
HB
HB
C'est l'histoire d'un petit mendiant comme il y en a tellement à Bamako, qui devient une start nationale, dont le premier clip est sur toutes les chaînes. Avec Tiken Jah Fakoly sur son 1er album en gage de crédibilité, ce gamin, tout petit, qui ne parle pas un mot de français, se retrouve en tournée en France, 2 fois, sur la scène du groupe Lodjo, de Akon et de Eminem! Pendant cette tournée, 2 albums, 6 clips et de nombreux ateliers sont réalisés.
 

 

L'histoire avance et il rentre à Bamako, le groupe de la tournée se dissout et les Toubabs qui lui ont offert sa chance disparaissent. S'en suis un silence radio qui le déprime d'autant plus qu'il n'a tiré aucun bénéfice financier de cette longue période de travail, et qu'il pense à retourner dans la rue. Mais il a repris son courage à deux mains et se débat aujourd'hui dans le dur monde de la musique. Aujourd'hui, il est produit et hébergé par Farrawo et se démarque lui aussi avec un style unique: le rap manding.

Moussa Sidi TOUMASTIN
 
Moussa Sidi TOUMASTIN
  Moussa Sidi TOUMASTIN

Originaire du Tilemsi, aux portes du Sahara malien, Moussa Sidi découvre la guitare à la fin des années 80 en Libye avec Sweiloum, membre historique du collectif Tinariwen. Celui-ci lui transmet son savoir sur les accords, à partir desquels Moussa développe sa propre esthétique. Dés lors, il décide de ne se consacrer qu'à la musique et de mener une vie d'ashamur, en dehors des codes sociaux conventionnels. Plus tard, il fonde à Gao le collectif Ag.Na destiné à donner leur chance aux musiciens en devenir. En 2006, c'est en solo et dans une formule voix/guitare qu'il enregistre son premier album occidental pour le label Suisse Package Productions. L'album est enregistré à Bamako et sort finalement en 2009.
Discographie sélective Toumastin (CD - 2009 - Package Productions) Compilation "Ishumar 2" (CD - Reaktion - 2011)

 
 

 

 

Mangala Camara  
Mangala Camara
  Mangala Camara

 

Hommage à Mangala Camara :
Le Rossignol de Kéniéba s’en est allé.Né à Kéniéba, d’un père ancien militaire dans l’armée française, reconverti en commerçant et d’une mère comédienne-danseuse, il est pratiquement impossible de dire à quel âge cet artiste a commencé à pratiquer la musique. Dès sa tendre enfance, malgré la réticence de sa famille, il va s’accrocher crânement à son amour : la musique. Et le destin va le lui reconnaître. Selon des témoignages concordants, en 1971, lorsqu’il n’avait que onze ans, il intègre l’orchestre régional de Kayes. En 1992, il participe à la création du groupe African Sofa. Mais, auparavant, repéré par Salif Kéita, il intègre « Les ambassadeurs » en qualité de batteur et de choriste. Et, c’est avec l’enfant « terrible » de la musique malienne natif de Djoliba qu’il va fouler pour la première fois, en 1985, le sol européen dans le cadre d’une tournée.

En 1986, il remporte le grand prix « Découverte » de RFI. Quelques temps après, il fonde avec Alain Lecointe, le groupe « Donké » ou dansez en bambara. En 1988, premier album, intitulé « Paris-Bamako » Mangala réalise un projet musical autour des musiques traditionnelles mandingues en 1993 « Complaintes mandingues blues ». En 2001, après 18 années de carrière en France soldées par 5 albums,Mangala Camara décide de regagner le bercail. Devenu chanteur attitré du groupe Symetric Orchestra de Toumany Diabaté,ce qui ne l’empêche pas de produire en solo,
Mangala, rapidement va s’installer dans le cœur de ses compatriotes ; Mangala Camara, après plus de trente ans de carrière, allait se révéler aux Maliens, avec son album « Minyé Minyé », sorti en 2006,...

 

Mangala Camara est décédé cet hiver 2010, parmi ses titres , cette émouvante version de Mali Sadio est une de ses meilleures performances

 

...qui fait désormais partie de la catégorie supérieure des artistes maliens. "Tôt ou tard, on connaît qui est qui".

L’apparence peut tromper, mais pas pour longtemps parce qu’on ne change pas facilement sa nature ! » Assane Koné

Légende de Malisadio.

Un hippopotame (mali en bambara) avec une tache blanche sur la tête (tadio, devenu sadio) vivait à Bafoulabé, dans les eaux du fleuve Sénégal. Une lavandière le vit un jour, ne prit pas peur, vint s’asseoir près de lui et chanta. Mali, mis en confiance lui porta son seau ; Les jours suivant, elle revint avec ses amis et dès qu’elle chantait, Sadio sortait de l’eau et portait les seaux, il aida ensuite les villageois pour des travaux difficiles et faisait la joie des enfants qui montaient sur son dos. L’animal et la jeune fille sympathisèrent, elle venait souvent chanter pour lui. Un jour hélas elle eu beau chanter, Mali ne vint pas. Plusieurs versions expliquent sa tragique disparition Dans l’une d’elle, c’est un commandant blanc qui le tue. Quoiqu’il en soit, chaque soir de sa vie, la femme jusqu’à sa mort, vint chanter l’air préféré de Malisadio, son ami hippopotame disparu.

Plusieurs chanteurs et griots des plus célèbres ont immortalisé cette belle histoire, Mah Kouyaté, Fati Kouyaté, l’Ensemble Instrumental, Kassey Mahdi, Mankala Camara. Les sept minutes trente de la version de ce dernier accompagnés par Toumani Diabaté, comptent parmi les plus émouvants moments de la chanson malienne.
Voir la vidéo en cliquant ici

   

 

   

retour page La musique au Mali