Adama Drabo
Cinéaste et dramaturge



Biographie


A
dama Drabo est un cinéaste et dramaturge malien né en 1948 à Bamako et mort le 15 juillet 2009 à Bamako.

Dès son enfance il s'intéresse au cinéma. Instituteur pendant 10 ans dans un village, il peint et écrit en amateur des pièces de théâtre.

En 1979, il entre au Centre national de production cinématographique (CNPC) du Mali. Il travaille avec le réalisateur Cheick Oumar Sissoko comme assistant réalisateur sur le tournage des films Nyamanton (1986) et Finzan (1989).

En 1988, il tourne un moyen-métrage, Nieba, la journée d'une paysanne. En 1991, il sort son premier long-métrage Ta Dona (Au feu !), nommé pour le Lion d'or au Festival international du film de Locarno et primé au Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou.

En 1997, il réalise Taafé Fanga, qui raconte l’histoire d’un village dogon où la découverte par une femme d'un masque qui donne le pouvoir renverse l'ordre des choses, les femmes prenant la place réservée habituellement aux hommes. Ce film a été primé dans différents festivals (Festival de Cannes, Tokyo, Ouagadougou et Namur).

Après une longue pause, il revient en co-réalisation avec Ladji Diakité avec Fantan Fanga (Le pouvoir des pauvres), en 2008.

Source Wikipédia

Hommage à Adama Drabo de CARAVANE DES CINEMAS D'AFRIQUE. Lire ici...

Filmographie et pièces de théâtre


Nieba, la journée d'une paysanne (1988)
Ta Dona (Au feu !) (1991)
Taafé Fanga (1997) (Le pouvoir du pagne)
Fantan Fanga (2009) (Le pouvoir des pauvres)

Pièces de théâtre :

Massa (1972)
Le Trésor de l'Askia (1977)
L'Eau de Dieu tombera (1982)
Pouvoir de Pagne (1983)

Extraits de son travail


Taafe Fanga (Pouvoir de Pagne) - extrait

TAFE FANGA

Profitant de la découverte d'un masque qui donne le pouvoir, les villageoises en pays Dogon renversent l'ordre des choses et prennent la place réservée habituellement aux hommes. Elles ne sont plus corvéables : ni cuisine, ni ramassage du bois, ni lessive. Elles portent le pantalon et fument allègrement. En contrepartie, leurs maris se retrouvent dans leurs rôle, habillés de pagne et surtout, obligé de tout assurer de la garde des enfants à la cuisine. Seule la petite Koumi reste à sa place et assure le dialogue entre les deux clans.
Taafé Fanga s'inspire d'un récit traditionnel. Sous forme de comédie, le film raconte comment un jour, les femmes se servirent des masques sacrés pour prendre le pouvoir et inverser les rôles dans la société.


Ta Dona (Au feu !) - extrait 1:42

 

 

TA DONA

Dans un petit village de la région sahélienne du Mali, la période des pluies commence. La nature reprend ses droits et Sidy, un jeune agent au service des Eaux et Forêts, travaille à la reforestation, tandis que les notables et politiques travaillent à s'enrichir. Brusquement la pluie s'arrête, c'est la catastrophe. Les feux de brousse se déclarent. Devant les mauvaises décisions de l'administration, Sidy décide de susciter une prise de conscience politique parmi les paysans. Il sera récompensé en étant exilé au find fond su Sahel. Dans sa lutte contre la corruption de ses chefs, Sidy part à la recherche du septième canari, le plus haut degré du savoir. Les dédales de son voyage l'entraînent dans les mystères de la société Bambara..

 

FANTAN FANGA

Adama un albinos est épinglé par des chasseurs de têtes d'albinos, des tueurs qui après leur forfait ont pris la clef des champs. Daouda parvint à photographier les malfrats. Fafa, un autre albinos ami du défunt, lance des avis de recherche du corps de la victime. Il interpelle Douga le chef de la police mais ce dernier au regard du caractère brûlant du dossier, confie les enquêtes à Fily, une jeune inspectrice inexpérimentée. Pas question d'enterrer Adama sans sa tête… Sinon le malheur...

 

     
retour page du cinéma Malien